Pagayer en Laponie 1. Strasbourg > Narvik, une épopée ferroviaire

JOUR 1 – 02.08
_________________

Rendez-vous à 14h30 au QG, place saint Thomas. Le soleil cogne. La team se réunit pour les derniers préparatifs: taguer les 18 sacs étanches, leur assigner un numéro et une utilité puis les remplir équitablement.  C’est un bazar pas possible dans le couloir exiguë de l’immeuble. Les passants se questionnent, rigolent, s’étonnent. Etape finale: fermer la porte de l’appartement. Partir.

Pagayer en Laponie Pagayer en LaponieDCIM108GOPROÇa y est, la porte claque, la serrure résonne dans le couloir. Le diable est chargé de 4 sacs étanches pour nous alléger le déplacement.

Nous quittons l’appartement à 17h. Première désillusion. Les épaules se déboitent, la peau s’arrache, les ligaments s’étirent. Calvaire de portage, les sacs étanches ont une lanière pour les porter en bandoulière, mais ils sont si lourds que c’en est insupportable. D’ailleurs une première lanière craque. Nous avons trop chargé les sacs, la gare de Strasbourg semble à des années lumière de l’appartement, même en tram!

Départ de Strasbourg à 17h54. Train numéro 1 OK. Nous prenons une place incroyable dans le wagon du petit TER! Pagayer en Laponie30 minutes de transport jusqu’à Offenburg, où nous patientons pour notre prochaine correspondance.  Moment parfait pour fêter l’anniversaire surprise de Jonas (24 ans) avec une bonne bouteille de crèment alsacien dans des flutes en plastique. Pagayer en Laponie Pagayer en Laponie Pagayer en LaponiePagayer en Laponie19h51  notre train entre en gare. Nous envahissons nos deux cabines 4 places. Pagayer en Laponie Pagayer en LaponieLe train arrivera demain matin à Flensburg à 6h36. Nous passons une agréable soirée en cabinette, liquidons les 4L de bière tchèque et apprenons quelques chansons de marins. Nous veillons tard puis tentons de trouver le sommeil sur nos petits lits branlants et bruyants. Le trajet est chaotique, aéré et cosy. Pagayer en Laponie

-

  JOUR 2 – 03.08
__________________

Réveil à 6h. Petit déjeuner rapide, on remballe les affaires, l’air de rien, prêts a débarquer du train. 6h36, pourquoi on ne freine pas? Pourquoi on n’a pas l’air d’être proche d’une gare? À travers le haut-parleur grésillant, nous apprenons que le train a pris 50 minutes de retard dans la nuit ! Catastrophe. Notre correspondance partait à 7h10 vers Fredericia! Murf Pagayer en LaponieNous arrivons à Flensburg à 7h50, les bus nous ont attendu, ouf. C’est un bazar pas possible pour ranger nos affaires dans les soutes puis trouver 8 places! Il y a un monde incroyable !

1h45 de bus. Nous arrivons en stress à Fredericia, 9h40. Nous loupons notre train pour Koebenhavn de 8 minutes, dégout! Il devait partir à 9h34… Par chance un second train part peu de temps après à 10h09. Reste à savoir si nous arriverons a choper la correspondance pour Stockholm, rien de moins sur… Pagayer en Laponie Pagayer en LaponieNous arrivons à Koebenhavn. Il faut sortir rapidement du train pour tenter d’avoir la correspondance, dans la précipitation je tombe du train en un magnifique vol plané, je m’éclate dans la foule, j’écrase le diable, j’arrache une lanière supplémentaire d’un sac étanche, mais ceci n’aura servi à rien, le train est déjà parti. Nous le loupons de 40 secondes! Gaa!

Jonas part avec Camille à la pêche aux informations. Ils reviennent victorieux: la compagnie nous offre un train de nuit partant de Malmö vers Stockholm à 22h30 puis un deuxième train de nuit vers Narvik. Tout semble bien se goupiller dans notre malchance.

À 12h46 nous prenons un train régulier direction Malmö où nous passerons l’après-midi et la soirée en attendant la correspondance tardive. Pagayer en LaponieNous trouvons un café où nous désaltérer à coup de Frapino chocolade. La serveuse très aimable nous indique un joli parc où passer le temps. Pagayer en LaponieNous jouons au Perudo, certains se thermorégulent en sautant dans la fontaine, d’autres se déshaltèrent au houblon frais, d’autres lisent quelques lignes. Le parc est fort sympathique avec ses canaux, ses pédalos et sa belle fontaine. Le soleil se couche et nous offre une lumière orangée pour l’heure du souper. Pagayer en Laponie Pagayer en Laponie Pagayer en Laponie Pagayer en Laponie21h30, nous levons les voiles, quittons notre agréable parc, il est temps de retrouver la gare de Malmö.

Nous prévenons Alph, le loueur, que nous aurons malheureusement 24h de retard et patientons pour le train de 22h37. Notre look et nos bonnes manières sociétales se dégradent au fur et a mesure des heures. Pagayer en LaponieLe train entre en gare, il est 22h37, nous découvrons notre couchette, très classieuse, en bois massif. 3 places par cabines, 1 lavabo, des cintres, des serviettes, 1 douche dans la voiture ! Le grand luxe! Tout le monde se relaye pour se laver, il ne faut pas manquer une telle opportunité ! Seul point négatif, la chaleur est écrasante, le train est a l’arrêt, l’air ne circule pas. D’ailleurs le temps commence à se faire long ! Pourquoi sommes nous toujours arrêtés sur le quai alors qu’il est 23h passé?? Le haut-parleur grésillant nous apprend que le train est bloqué en gare a cause d’une tempête! Il y a un chat noir dans l’équipe ce n’est pas possible autrement!

Le train ne démarre qu’à minuit passé. Ça nous laisse le temps de faire plusieurs lessives, de profiter du confort de la cabine et d’une nuit confortable. Pas de stress comme notre train du lendemain ne part qu’après 17h, même avec plusieurs heures de retard nous ne pourrons pas le manquer. Bye bye Malmö.
DCIM108GOPRO Pagayer en Laponie

-

 JOUR 3 – 04.08
_________________

Réveil brutal, on frappe très fort à la porte : Réveillez vous vite il est 6h, le train est arrivé à Stockholm ! QUOI ? Nous pensions dormir une heure supplémentaire comme le train était parti avec 1h50 de retard la veille ! Il a récupéré son retard pendant notre sommeil le sagouin ! Pas le temps de petit déjeuner, pas le temps de se débarbouiller, le train est déjà vide ! Nous débarrassons le plancher.

Objectif : laisser nos sacs étanches importables à la gare, trouver un parc où se poser et acheter des cafés. Nous avons une journée à tuer, notre prochaine correspondance part à 17h50. C’est parti pour une balade dans Stockholm, sous le cagnard! Nous gardons nos sacs à dos et quelques sacs étanches avec nous car les prix de la garderie sont franchement élevés!Pagayer en LaponiePagayer en LaponieDessin illustrant notre troupe de vainqueurs dans les rues de Stockholm: Quentin en chef de meute sans portage, la team en galère et Thomas en queue de peloton avec Maxime notre cher diable . Pagayer en LaponieÀ 2 km de la gare nous nous arrêtons au parc de Skepps Holmen, face au Östasiatiska museet, sous de grands arbres, à l’abris du soleil, face aux beaux voiliers et face à la mer, « lieu de résidence de la grande gitanerie ». Cet après-midi nous semble interminable.. Entre sieste, repas, lecture, pipi, sieste, repas, sieste… La citation du jour: « le dormeur ne rit pas ».

Pagayer en Laponie Pagayer en Laponie15h30, c’est l’heure de bouger nos fesses pour trouver un café où remplir nos bouteilles d’eau. Les décorations se scandinavisent tout doucement, comme ce joli lustre représentant des bois de renne. Pagayer en Laponie17h, gare de Stockholm, nous récupérons nos sacs et patientons pour notre train de nuit vers Narvik.
DCIM108GOPRO17h50, nous quittons la ville, sur rails et à l’heure!!
DCIM108GOPRO

Pagayer en Laponie Soirée jeux en perspective, nous apprécions ces moments passés dans notre dernier train couchette. Demain lorsque nous nous réveillerons, les paysages auront changé, nous aurons dépassé le cercle arctique, nous aurons atteint la Laponie et ses étendues grandioses d’eau et de terre. Pagayer en LaponieDCIM108GOPRO DCIM108GOPRO Pagayer en Laponie Pagayer en Laponie Pagayer en LaponieMinuit, il est temps de se coucher et de profiter de notre longue et belle nuit vers le cercle polaire.

-

 JOUR 4 – 05.08
__________________

Réveil violent. Pour changer ! Le haut-parleur à fond, la contrôleuse nous crie à l’oreille que le train s’arrêtera en gare d’Älvsbyn où nous devrons prendre un bus jusqu’à Boden, où nous reprendrons un train jusqu’à Narvik ! Ça devient comique…  Nous sommes maudits, pas un seul voyage ne se déroule sans encombre ! Il est 8h30.

Dehors il fait 26°c. Ce voyage n’a aucun sens ! Nous sommes pratiquement au niveau du cercle polaire et il fait 26°C! La phrase culte du trajet : Nique la logique!

À Älvsbyn c’est la guerre pour entrer dans le bus. Pour nous remonter le moral, les paysages scandinaves se dévoilent. Les maisonnettes en bois rouge, bleu, vert, les mouettes, les lacs, les forets de bouleaux. Pagayer en LaponieArrivés à la magnifique gare de Boden, nous dégustons un bon brunch saucisson, kiri, brioche au chocolat. Kevin, l’artiste de la team, dessine cette gare dans le carnet de bord de Quentin. Quel talent! Pagayer en Laponie11h30, le train quitte la gare de Boden, nous devrions arriver à 18h à Narvik, NORMALEMENT. Nous sommes bien installés, un peu à l’étroit avec tous nos bagages, mais confortablement.

Pagayer en Laponie Oups, j’ai parlé trop vite… À 14h on nous annonce un (excusez mon langage mais ce moment était épique) PUTAIN DE PROBLÈME TECHNIQUE sur la voie!! Nous devons prendre un bus à Kiruna pour finir notre route vers Narvik ! On s’arrache les cheveux, c’est juste incroyable !! Le moral dégringole, en plus la pluie tombe pour nous soutenir!

16h, nous prenons le bus à Kiruna. La température passe de 26°C à 16°C en 2h de route. Nous arrivons à Narvik à 18h30. Nous nous mettons en quête d’un endroit où dormir, un camping ou une auberge de jeunesse pas trop onéreuse.  Manqué, nous sommes en Norvège et les prix en Norvège ne sont pas bas. A 19h30 nous trouvons une auberge de jeunesse non loin de l’arrêt de bus pour Tromsø le lendemain. 300NOK la nuit, comprenez près de 40€ par personne !! Tant pis nous décidons de profiter de notre potentielle dernière nuit de confort. Les douches sont chaudes et propres, la cuisine est fonctionnelle, l’alcool de myrte réchauffe nos cœurs. Nous calmons nos nerfs autour d’un bon repas chaud, en compagnie d’un voyageur fort sympathique. Pagayer en LaponiePagayer en LaponiePagayer en LaponiePagayer en LaponieTous au lit, une courte nuit nous attend, réveil à 4h30 demain matin direction Tromsø (doigts croisés). Demain, les choses sérieuses commencent.

Résumé de nos différentes correspondances, plus ou moins imprévues: Capture d’écran 2014-08-26 à 17.05.26

 

 « Dans un voyage , la destination compte moins que le voyage lui-même «   ♡

8 petits mots sur “Pagayer en Laponie 1. Strasbourg > Narvik, une épopée ferroviaire

  1. Heureuse de retrouver tes commentaires plein d’humour malgré une situation rocambolesque.. Et tes magnifiques photos ! vite la suite…

  2. Ça me rappelle mon périple du 4L Trophy avec toutes les pannes qu’on a eu…
    C’est ce qu’on appelle avoir la poisse, mais d’un autre côté ça fait de bons souvenirs :D
    En tout cas j’espère que la suite du voyage s’est mieux passée… J’attends avec impatience la suite !

    • Haha oui en effet ça y ressemble étrangement! Sauf que nous on avait juste à subire les pannes, pas à les réparer ^^ Tu verras que la suite du périple ne manquera pas de rebondissements!

  3. Merci Facebook, j’ai fait ma curieuse et suis bien tombée! Génial le voyage, ça donne envie de connaître la suite de vos aventures… Profitez en bien !

  4. De « Toujoursbienauchaudsousmacouette »: Heureusement que vous n’êtes pas partis en avion, il n’y aurait rien eu à raconter! En restant (sous la couette par exemple) on ne peut qu’exister. Pour VIVRE véritablement, il faut Partir!
    J’ai hâte de lire la suite…mais je vais aller me faire un petit café…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>