Pagayer en Laponie 12. Les lemmings dans la ville

JOUR 15 – 16.08
________________

La veille au soir : « On met un réveil demain 8h, histoire de partir avant que des randonneurs potentiels ne se ramènent et nous tuent ? – Ok ça marche ! »
Ce matin: réveil en sursaut, Thomas crie, il est 9h45!! Personne n’a activé de réveil. Éclats de rires !

Petit déjeuner confortable dans les superbes canapés, de toute manière il est déjà si tard, plus la peine de se presser! Nous rangeons toutes les affaires puis nettoyons les sols.

L’équipe décide de laisser un mot dans le livre d’or du refuge : «  C’est entre les rideaux de brume que nous aperçûmes la silhouette salutaire de ce magnifique refuge. Quelle ne fût pas notre déception lorsque nous remarquâmes que fermée était la porte. Ce qui nous contraint à recourir à nos talents insoupçonnés de malfrats pour nous introduire par une fenêtre. C’est ainsi que ce refuge nous sauva d’une mort certaine. Rassurez-vous, tout est en ordre, tout est propre. Promis on repassera un jour lointain, dans les règles de l’art. Merci pour ce confort. La team des 8 lemmings alsaciens. »
Pagayer en Laponie

Nous enfilons nos combinaisons trempées et déguerpissons. Nous retrouvons la mer à 13h30. Le vent et le courant sont avec nous, la pluie de temps à autres également.

Pagayer en Laponie Pagayer en Laponie Pagayer en Laponie Pagayer en Laponie

Des marsouins accompagnent notre route vers le fond du Kaldfjorden. Nous nous engouffrons vers Kjosen, au niveau du petit port où le loueur nous rejoindra. Pagayer en Laponie Pagayer en Laponie Pagayer en LaponieIl est 16h quand nous sortons de l’eau, pour de bon. Il pleut toujours, mais en face du petit embarcadère se trouve une ancienne station essence désaffectée où nous trouvons refuge. Voilà, c’est notre premier pas dans la société depuis 12 jours, et avec lui nous retrouvons les règles de bonne conduite… Notre manière de nous étaler au sol semble très inappropriée dans ce monde civilisé, malaise.Pagayer en LaponieUne fois au sec et plus ou moins au chaud nous nettoyons les kayaks et nous préparons une bonne soupe chaude au brocolis, avec le Primus, à même le sol pour parfaire notre image de gens pas-sortables.

Alph le loueur nous rejoint avec sa grosse voiture et sa remorque à kayaks. Il va tous nous ramener en voiture à Eidkjosen! Il nous explique que peu de monde loue des kayaks pour autant de temps, il comprend donc que nous soyons exténués. Arrivés dans son entrepôt nous entamons la séance rangement. On vide les sacs étanches pour retrouver nos chers sacs à dos qui nous avaient tant manqués!
IMG_1942i

Je réalise enfin : fini les combinaisons mouillées et froides, fini les sacs étanches de mes deux dans les soutes trop petites, fini les galères de la mer.
Pot pourri étrange de sentiments diverses de travail accompli, de tristesse et de fierté.

Une fois nos sacs bouclés, Alph nous ramène au camping de Tromsø! C’est fantastique!  Nous y arrivons sous la pluie pour changer. Nous découvrons un camping grand standing avec des bungalows hors de prix à l’image de maisons typiques norvégiennes et un énorme champs dans la foret pour les tentes, mal entretenu, dans la boue et très cher : 20€ par tente ! Nous passerons deux nuits ici en attendant notre bus vers Narvik.

Il est 21h30 quand nous montons les tentes. Direction la cuisine commune, blindée. Thomas se faufile entre les millions de touristes italiens, chope un espace sur le plan de travail et une plaque de cuisson. Il nous concocte des spaghettis à la sauce aux graines de tournesol, carottes fraiches en rondelles et lard. Un vrai régal. De quoi entretenir notre réputation de fins gourmets face aux autres randonneurs se cuisinant de la mousseline fade sans épices.

Nous rejoignons les tentes à 1h du matin après avoir passé une belle soirée au chaud, sous la pluie, encore.

5 petits mots sur “Pagayer en Laponie 12. Les lemmings dans la ville

  1. Sincèrement, je crois bien que j’aurais pu vous suivre (aisément!!) sur des kilomètres et des kilomètres encore, tant ce récit est BEAU *_* Ce n’est pas encore fini mais déjà infiniment merci pour cette belle leçon, ce beau partage :) Un régal !
    PS : mon petit regret ? Ne pas avoir eu a chaque fois une photo de chaque repas (ca aurait pu donner une chouette série!), car c’est assez frustrant de ne devoir se contenter que de la description ;) Ce cher cuisinier à l’air plus qu’au top pour vous avoir concocté à chaque fois ces repas qui font saliver et qui changent !! La petite lueur et le petit bonheur après chaque grosse journée de rame (ou pas) j’imagine :)
    Bon, à quand « pagayer en finlande ?! » :D On veut une suite (enfin moi oui en tout cas!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>