Pagayer en Laponie 9. L’île aux morts

JOUR 12 – 13.08
________________

Réveil après midi. Il pleut, beaucoup. Des mélodies festives résonnent de la maison.

Rendez-vous sous le tipi de Quentin pour  le topo et le petit-déjeuner au sec. Nous sommes assis en rond dans ce tipi spacieux, le réchaud est allumé au centre pour chauffer de bons cafés. Objectif ce matin : manger beaucoup pour pagayer beaucoup.

Avant de mettre les voiles, je rends visite à Søren occupé dans sa cuisine pour lui tirer le portrait. Il pose fièrement. Il est si atypique, si aimable, si barbu! C’est une magnifique rencontre, pleine d’humanité, de gaieté et de partage. Une dernière accolade avant de rejoindre nos kayaks.
Pagayer en Laponieles fils nous prennent en photo avant notre départ, le temps de préparatifs, Jonas et sa Gopro en profitent également! La météo ne nous enchante pas des masses et ne facilite pas l’organisation du départ…
DCIM108GOPRO DCIM108GOPRO DCIM108GOPRO DCIM108GOPROIl est 16h lorsque nous quittons Sandøya.

Nous avançons très vite, il pleut et il y a beaucoup de nuages mais le vent est avec nous. C’est très agréable. Nous passons proche de la mort lorsqu’un énorme bateau de pêche nous fonce dessus sans vouloir changer de cap. Les pêcheurs nous observent nonchalants, la clopes au bec. Impressionnant, une petite montée d’adrénaline!

Les kilomètres défilent mais ne nous abattent pas. Notre chanson fédératrice résonne dans toutes les bouches. Le chant des partisans, nous entraine, nous unit et nous berce depuis le début de notre périple, dans les moments de galère comme dans les instants de tranquillité.

Après 13,5km de kayak, nous faisons une pause pipi sur une plage de Ringvassøya, puis repartons rapidement, cap sur l’île de Gâsvear.
20h30, nous arrivons sur l’île après 18km de kayak, la pluie s’intensifie. Nous nous changeons rapidement, il fait extrêmement froid, tout est trempé : le sol, les tentes, les vêtements, les cheveux… Nous montons le camp de manière à créer un espace au sec entre les tentes avec les tarps.

Pagayer en Laponie

Pagayer en LaponieDCIM108GOPRO DCIM108GOPROPagayer en LaponieAu menu du soir : soupe de champignons à la semoule et omelette à la Thomas. Un régal bien chaud comme il faut. Ce petit salon au « sec » est très convivial, chaleureux.
Cela contraste avec l’île de Gâsvear lugubre et angoissante. Nous sommes installés à l’entrée d’un cimetière, face à une église fermée à clé (nous espérions y trouver refuge, mais non). Il y a des toilettes sèches pas loin de nos tentes, c’est effrayant de se balader seule entre les tombes pour s’y rendre, surtout avec cette atmosphère brumeuse. Quentin et Kevin vont visiter l’île à pied, ils frappent aux portes pour vérifier la présence d’humains autour de nous. Toutes les maisons de l’île sont fermées à clé, certaines toilettes externes sont décorées de têtes de mort et les mouettes crient des sons effroyables.
Nous rebaptisons l’île de Gâsvear : l’île aux morts. Fondamentalement il y a plus de morts que de vivants sur l’île aux vues des nombreuses tombes nous faisant face… Pas très rassurant pour dormir tranquille, d’autant plus que les nuits sont de plus en plus sombres et de plus en plus longues!
Mais cela n’entache en rien la vue sur la mer qui reste fantastique. Les nuages sont bas, la lumière est diffuse et douce, la plage de corail est coquette nonobstant ses multiples pancartes : PRIVATE.
Pagayer en Laponie Pagayer en LaponieAvant de trouver le sommeil peu après minuit, nous profitons d’un thé à la menthe bien chaud et de chocolat au Daim. Avec toute cette pluie je n’avais pas la motivation de sortir de mon nid douillet pour photographier l’ambiance générale de l’île. Vous serez servis demain!

 

3 petits mots sur “Pagayer en Laponie 9. L’île aux morts

  1. Ce reportage nous fait froid dans le dos.. chant des partisans (on a vu plus gai..), pluie, froid, île cimetière, « plus de morts que de vivants », mais raconté avec tout ton talent et ton humour, on en finit la lecture avec le sourire.. Superbe !!

  2. Haha oui c’est vrai que c’était lugubre, mais cela reste un très bel endroit malgré tout! Et on a passé un bon bivouac, on s’en souviendra d’autant plus :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>